Pose d’une fenêtre en tunnel : tout ce qu’il faut savoir

Pose fenêtre tunnel

Entre pose en feuillure, en applique ou en tunnel, il n’est pas toujours facile de choisir une technique convenable. Si vous avez décidé d’utiliser la pose en tunnel pour installer votre fenêtre, voici ce que vous devez savoir pour réussir votre travail. Nous vous recommandons de suivre les indications ci-dessous afin de réussir votre pose et d’assurer à votre fenêtre toute l’étanchéité et l’isolation dont elle a besoin.

Les prérequis avant la pose

La pose en applique nécessite que le tableau et le mur qui va le recevoir soient préalablement préparés et qu’ils aient les bonnes mesures.

Il faut avant tout que le mur qui va recevoir la fenêtre soit assez épais pour recevoir le dormant de la fenêtre. En effet, lorsqu’on pose une fenêtre avec la technique du tunnel, on va déposer directement la fenêtre dans l’épaisseur du mur. Voilà pourquoi il doit être assez solide pour que la fenêtre tienne et que le mur ne se fissure pas à la longue. Même si cette pose est assez simple, il faut néanmoins que le mur qui la reçoit puisse la retenir le plus longtemps possible tout en lui permettant d’être efficace.

La prise de mesures

Il faut aussi prendre les bonnes mesures afin que la pose soit facile dans la suite. Contrairement aux autres techniques, on n’a pas besoin de beaucoup de connaitre plusieurs mesures. Il suffit de connaitre la hauteur et la largeur du tableau, ainsi que la hauteur de l’allège (la distance qui séparer le sol du bas du tableau).

Les étapes pour réussir la pose en tunnel

Vérifications : le plan de pose de la maçonnerie doit aussi être égal à 40mm minimum. Le plan de pose ne doit pas avoir de défaut de planéité sur la hauteur au-delà de 10 millimètres.

Choisir votre technique de calfeutrement (étanchéité) : choisissez entre le calfeutrement par mousse imprégnée et le calfeutrement par mastic. Il sera posé autour du bâti dormant ou autour de la fenêtre. Vous pouvez y rajouter des cales d’assises pour renforcer l’étanchéité. Si vous utilisez un calfeutrement par mastic, n’oubliez pas d’appliquer le mastic aussi à l’extérieur de la fenêtre pour combler tous les jeux entre la menuiserie et le support.

Installation du dormant : démontez les vantaux du dormant. Puis, installez le dormant de la fenêtre. Une fois que la mousse imprégnée est bien décomprimée et qu’il n’y a pas de planéité, la fenêtre va facilement adhérer au dormant. Si vous installez une fenêtre en PVC, il faut visser le dormant au-delà de 5 centimètres des soudures. Pour fixer la partie basse, évitez que les boulons traversent la pièce d’appui. Une fois que les bâtis du dormant sont fixés, il faut vérifier le plan des tableaux.

Installation des vantaux : après avoir installé le dormant dans le mur, il faut remonter les vantaux un à un. Assurez-vous visuellement que le jeu est assez constant et que les vantaux sont parfaitement alignés. L’ouverture, la fermeture des vantaux ainsi que le verrouillage de toute la fenêtre doivent se faire sans aucun frottement. S’il y a des frottements, tout le dispositif va très vite se détériorer.


Tous les articles : pose d’une fenêtre